1. Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.

Rejoins la communauté de jeunes la plus active de France 

!! C'est gratuit et rapide clique-ici !!

Si tu veux aider, échanger, rencontrer de nouvelles personnes ou être aidé tu es le/la bienvenu(e) 

Tu auras accès à la totalité du site (chat, fonctionnalités, etc.)

Le Babillard

Discussion dans 'Bar' créé par Flagg, 20 Juillet 2010.

  1. Une Tortue Compliquée

    Une Tortue Compliquée Membre chevronné

    814
    292
    100

    En fait c'est pas que je doute. C'est que je suis affamée. Affamée et exigeante. Deux mots qui vont pas bien ensemble. Alors oui j'ai envie d'amour à un point que personne ne pourrait imaginer venant de moi, mais je ne peux pas aimer n'importe qui. C'est con hein, parce que les gens que j'aime, bah c'est des amours impossibles. Ils sont soit trop âgés, soit déjà pris, soit cons comme des pieds. J'arrive toujours trop tôt ou trop tard. Alors je veux bien qu'on me dise que j'ai que 14 ans et toute la vie devant moi. Mais parfois j'en reviens à me dire que si quelqu'un me demande de sortir avec lui je dis oui, sans hésitation. Ça peut paraître pas terrible mais pour moi ce serait comme trahir des principes millénaires.
    Bref. Vivement le lycée, je suppose.
     
  2. rêveuse nocturne

    rêveuse nocturne Membre chevronné

    864
    498
    100

    Ca fait deux jours, et j'en peux déjà plus
    Quand je rentrais, tu étais là, avec tes mots apaisants, et juste ta présence, tu me disais, tantôt murmurant, tantôt, me le hurlant, que je comptais pour toi, que tout irai bien, que je devais continuer, sans besoin d'en écrire un mot. Et moi, je te le disais aussi. Tu me berçais, tu calmais toutes les douleurs de la journée, me faisait un petit coin dans ta bulle, nous isolant du monde, avec la possibilité de croire en un jour meilleurs, pendant juste quelques heures. Mais tu vois, tu vois tu n'es plus là, et jamais je ne t'en voudrais, comment le pourrais-je ? Tu ne vivais qu'un calvaire, et quelques belles heures, ne sont un jour plus suffisantes, quand celles de douleurs deviennent plus importantes. Et que faire maintenant ? Plus de force, plus d'énergie, plus d'envie. Je ne nage plus, je n'avance plus, je ne fais que patauger comme une folle, de toutes mes forces, dans le vain espoir de maintenir la tête hors de l'eau. Pourquoi continuer, si quelque sois la force avec laquelle je me bats, je reste immobile, coulant d'une lenteur atroce, m'épuisant jusqu'à ce que l'eau remplissent mes poumons. Absurde. J'essai, j'y mets du miens. Je me lève le matin. J'essaie de bien manger et arrêter de perdre du poids. Je travaille le soir alors que je pleure en même temps de l'angoisse de tout rater. Je la fais manger et essai de la secouer de ses envies qui me rappellent l'horreur passée. Je souris quand les autres me font ces remarques, me rappellent l’exécrable qu’est mon corps, me crache en pleine gueule tous mes défauts, ris derrière moi de tout ce qui me manque. Mais je souris, car je ne vais pas leurs montrer l'entaille dans mon cœur qu'ils agrandissent à chaque remarque. Après tout, ce n'est pas leurs fautes si je suis moi, ils ne se rendent pas compte de ce qu'ils font. Je fais tout, tout ce que je peux, comme si à force de faire semblant d'aller bien je le deviendrais vraiment. Mais ma carapace se fissure. Ce n'est plus la douleur destructrice qui a une cause, qu’on peut surpasser. C'est cette lente agonie dont on ne sait pas sortir. On me voit, certaines personnes me demandent ce qui vas pas, et je dis que tout va bien, ils me regardent avec dans les yeux un soupçon de pitié et le même regard qu'on lance lorsqu'on sait que quelqu'un est condamné. Alors je dis que tout va bien, encore et encore, jusqu'à m'enrager de panique quand ils ne me croient pas, je ne veux pas leur dire, et pourtant, je pris en secret pour que quelqu'un se rende compte que quelque chose ne va pas. Mais ils préfèrent acquiescer sans conviction et me laisser. Pourquoi les gens feraient-ils quelque chose pour un cas perdu comme toi, rêveuse ? Sale hypocrite. Alors oui, j'essaie de nager, mais je me noie, quoi que je fasse, et j'ai terriblement envie d'arrêter de me battre, car je suis fatiguée, tellement tellement fatiguée, je veux juste un peu de paix. Et puis, on m'attend, en bas.

    Mais bon, ne faites pas attention. Tous ces mots, ce n'est que du vent. Regardez, je peux les faire disparaitre de ma tête, c'est très simple. Il me suffit de faire tac, tac, tac, tac.
    Tac, et vous disparaissez
    Tac, et j'arrête de pleurer
    Tac, et je ne peux plus m'en passer
    Tac, mais ça ne seras bientôt plus assez...
     
    wolcaine99 apprécie ceci.
  3. LoganTrail

    LoganTrail Membre actif

    129
    59
    65
    Si tu ne te forces pas, comment sommes-nous supposés t’aider ?

    Si tu ne te forces pas à pleurer, comment vas-tu rire ?

    Si tu ne te forces pas à rire, comment vas-tu être heureux(se) ?

    Si tu ne te forces pas, comment es-tu supposé réussir ?

    La vie est très simple, forces-toi même dans les moments les plus difficiles, si tu n’apprends pas à te relever, ça risque d’être encore plus dure. La peine ne dure pas indéfiniment, on décide de la faire durer, notre cerveau est fait pour engendrer et combattre des moments difficiles. Alors endure ! Subit ! Mais n’abandonne jamais.
     
  4. rêveuse nocturne

    rêveuse nocturne Membre chevronné

    864
    498
    100
    aller aller aller aller aller aller aller
    lache pas
     
    LyT24 et wolcaine99 aiment ça.
  5. Lawrone

    Lawrone Légende

    2 173
    1 068
    150
    Nous nous sommes revus aujourd’hui... J'ai hésité entre te mettre une énorme baffe et te serrer dans mes bras. J'eus préparé ma main, elle était fin prête à s'écraser contre ta tête de con, mais j'ai finalement choisis la deuxième option quand j'eus aperçu le sourire et les yeux doux que tu m'adressais, caché derrière ta longue chevelure grasse. Je ne regrette rien, tu n'as toujours pas changé, et c'est pour ça que je continuerai à t'appeler "tête de con" <3.
     
  6. Breath

    Breath Membre

    97
    6
    45
    Ça s'est fini entre nous, je crois que c'est la meilleure décision que l'on est eu dernièrement.
    Je t'aime malgré tout Exasperation, mais clairement on a rien à foutre ensemble.
     
  7. une nouille rêveuse

    une nouille rêveuse Membre actif

    136
    34
    65
    Ca fait un petit moment que je suis pas venue parler ici mais la j'en ai besoins....

    Pourquoi ? pourquoi je n'arrive pas a te dire ce que je ressent? Que je veux plus faire d'effort, car j'en ai marre de souffrir, qu'a chaque fois que je viens te voir je me sens mal, j'appréhende toujours et je ne sais même pas pourquoi. ou alors inconsciemment je le sais mais j'arrive pas a l'exprimer, ou je ne veux pas.
    A chaque foie que je suis avec toi je suis différente. Je cache mes émotions, je ne parle pas de moi de ma vie privé. Tu ne fait pas partie de ma vie privé.

    Ce qui me bouffe le plus c'est que dans un an tout pourrait basculer, l'équilibre que j'ai à peu près trouvé pourrait être anéanti, tout comme mes projets, toute ma vie en fait, tout pourrait basculer d'une simple réplique, de quelques petits mots... j'ai peur.... J'ai peur que tu leurs fasse du mal... sache que si tu leur en faisais je ne pourrais le supporter, le subir sans rien dire. Et crois moi ce jours la je ne prendrais pas les pincettes que j'ai pris pendant toutes ses années. J'm'en fouterais de ta réaction de tes paroles plus rien ne pourras me détruire plus que je ne serais déjà par toi, par tes actes. J'espère pour toi que ce jour n'arriveras jamais car tu pourras tout faire tu m'auras perdu et ce pour toujours...
     
  8. wolcaine99

    wolcaine99 Légende

    1 065
    448
    120
    Et pile quand je retrouve enfin une étincelle dans ce champ de ténèbres… me voilà qui replonge. Est-ce que je suis donc destinée à rester au fond de ce trou indéfiniment ? Et ces cauchemars qui hantent mes nuits! Avant, dormir était ma seule source de réconfort parce que mes rêves me transportaient dans des univers magnifiques, des endroits où tu est possible et où je pouvais réaliser tout ce que je voulais.
    Mais maintenant… maintenant, je ne fais plus que d'horribles cauchemars dans lesquels se produit tout ce que je redoute le plus. Je me fais rejeter, torturer, balloter, écraser, déchiqueter… C'est une chute sans fin du haut de cette falaise que j'ai moi-même créée. Mais qu'est-ce qui m'a pris de faire tant de mauvais choix merde ? Qu'est-ce qui m'a pris d'être aussi conne ?
    Pourquoi est-ce que même quand je me torture physiquement, ça n'apaise pas ma peine ? Pourquoi est-ce que je suis dans un trou noir ? Pourquoi est-ce que j'ai l'impression d'être si égoïste ? Pourquoi est-ce que je peux pas mourir alors que je le veux ? Et pourquoi tant de personnes meurent alors qu'elles ne le veulent pour rien au monde ? Pourquoi est-ce que le monde ne tourne pas rond à ce point ?
    OU alors, ce n'est pas le monde qui ne tourne pas rond, c'est moi.
    Tu vois, j'ai enfin compris pourquoi, depuis toute petite, j'adore l'odeur des cigarettes sans oser le dire à personne. Putain, qu'est-ce que j'aimerais une clope ou une bouteille de vodka!
     
  9. Une Tortue Compliquée

    Une Tortue Compliquée Membre chevronné

    814
    292
    100
    J'ai peut-être l'air pitoyable, à essayer des trucs qui fonctionnent jamais. Mais on m'a dit de ne pas abandonner ce que je voulais vraiment, alors peu importe le nombre d'échecs, seule la réussite compte. Je veux bien admettre que je suis allée un peu trop loin et que maintenant je me mets à espérer quelque chose d'impensable voire même d'impossible. Je fonce dans un mur. Mais j'ai une boule de chantier avec moi. On verra bien ce qu'il se cache derrière. Alors oui, le seul mec qui me fait relativiser quand je suis triste et qui me donne des ailes quand je l'écoute c'est lui. Oui, il est loin et il viendra sûrement jamais me voir. Oui, il sait pas encore que je l'existe et si ça se trouve il le saura jamais. Oui, j'ai fait et je fais encore tout ce qui est en mon pouvoir pour qu'il ne voie ne serait-ce que mon pseudo ou qu'il lise ne serait-ce qu'une ligne de mes messages. Oui, j'ai des espoirs sans queue ni tête quand il s'agit de lui. Oui, il n'a jamais ni répondu ni lu rien de ce que je lui ai envoyé. Le message de trois parties sur instagram, le fanart un peu nul, toutes les réponses à ses tweets. Et maintenant, ça. J'espère seulement que l'organisation est proche de lui et qu'il verra ce que j'ai fait. Enfin non. Ce que j'ai fait, je m'en fous. C'est tout mon cœur que j'ai mis dedans qui compte. Je veux qu'il voie ça. Et si il ne le voit pas, ce ne sera pas l'échec de trop. Parce que je refuse l'abandon. Je deviendrais peut-être lourde et chiante, mais c'est ma seule et unique volonté. Exister pour les autres, qu'est-ce que j'en ai à battre. C'est exister pour lui que je veux.
     
    une nouille rêveuse apprécie ceci.
  10. LyT24

    LyT24 Membre actif

    147
    151
    80
    Hey, ça fait exactement un mois que t’es partis, un mois jours pour jours depuis qu’en t’as rejoint le ciel. Au fond j’ai pas grand chose à dire.
    Ça me fait mal de voir que le monde continue, comme si y avait rien eu, comme si tout le monde s’en fichait ! Ça me tue de voir les gens dans la rue, parce qu’on ne voit que l´apparence, parce qu’on ne cherche pas à fouiller plus profondément.
    Quelques fois je me dis que si t'avais Pas rencontré les mauvaises personnes t’auraient pas fait ça, je me dis que si les gens étaient pas si con et stupide pour faire exprès de blesser les autres tu serais peut être là.
    On parlait à travers un écran, je savais pas où t’habitais, et, quelques fois je me dis que j’aurais pu te croiser dans la rue et t’ignorais comme toutes les autres personnes.
    J’ai peur tu sais, peur d’avoir été qu’un figurant, qu’une misérable petite fille qui se plaignait trop dans ta vie, j’ai peur d’avoir été un rien alors que t’as été un beacoup pour moi.
    Et tu sais là je me dis que peut être que j’exagere Trop, qu’au fond on était pas aussi proche, que j’invente tout pour le donner une raison d’être mal et triste.
    Elle avait raison, je profite des gens.
     
  11. wolcaine99

    wolcaine99 Légende

    1 065
    448
    120
    Je me disais bien aussi que c'était impossible. Ca demandait trop de chance.
    J'ai même plus envie d'écrire un pavé pour te dire combien je t'aime.
     
    LyT24 apprécie ceci.
  12. rêveuse nocturne

    rêveuse nocturne Membre chevronné

    864
    498
    100
    Peut etre que ça va. Rêveuse, ça va ? Ou ça ne vas pas ? Je n'ai pas l'impression d'aller très mal, je me sens mieux que depuis une éternité. Au moins depuis ton départ. Donc, ça va ? Je ne crois pas que ça aille. C'est juste que j'ai été si mal si longtemps que je m'affère au moindre soulagement, un instants de maigre répit vaux pour moi plus que tout. Alors non, ça ne vas pas, je croule encore sous les problèmes et l'angoisse du futur ne me quitte pas, mais ça va un peu mieux, juste un peu, et pour une fois, enfin, je peux respirer.
    Je sais que ça ne vas pas durer
     
    wolcaine99 apprécie ceci.
  13. wolcaine99

    wolcaine99 Légende

    1 065
    448
    120
    La musique m'aide à oublier, tout oublier. Je sais pas, j'imagine même pas une vie sans musique, mais bon, je n'imaginais pas une vie sans vous, et vous n'êtes plus là…
    Qu'est devenue ma vie ?
    Dormir, me lever, manger, mentir, mentir, mentir, re-manger, mentir mentir et encore mentir, re-manger, prendre ma douche, dormir, me lever…
    Tu vois, j'aurais espéré… nan, en fait, espérer ne sert à rien, parce que s'il y a quelqu'un là-haut, il en a rien à foutre de moi et de toutes les personnes malheureuses sur cette Terre. Donc non, espérer sert à rien.
     
  14. Une Tortue Compliquée

    Une Tortue Compliquée Membre chevronné

    814
    292
    100
    Ça va sûrement mal finir. Mon cœur va sûrement encore se casser, mais je refuse d'abandonner. J'ai commencé, et je finirai. Peu m'importe si je suis ridicule ou si je fais peur. Peu m'importe si à la fin je reste en boule sous la couette tellement je suis triste. Ce sera pas la première fois, de toute façon. Je finis toujours par prendre la réalité dans la gueule, autant en profiter tant qu'elle est absente. J'ai entendu dans une chanson "tous les trucs où les gens disent "tu perds ton temps" Faut qu'tu t'mettes à fond d'dans et qu'tu t'accroches longtemps", alors croyez-moi, là je perds bien mon temps. Mais devinez quoi? J'ai pas envie d'arrêter. Je vais essayer de pas trop penser au futur, pour une fois. J'ai jamais autant voulu gagner. Alors je vais faire un truc. Je vais apprendre le beatbox, et je vais comprendre ce foutu micro. Et je vais essayer. Je vais faire ce que je veux. Des covers a cappella. Je veux oser. Je fonce toujours dans le même mur, mais ma boule de chantier grandit jour après jour. Je vais foutre en l'air ce putain de mur. Il n'en restera que quelques briques que j'enjamberai sans difficulté. Et on verra bien ce qu'il y a derrière.
    Je vous le dis, on ne m'arrêtera pas.
     
    une nouille rêveuse apprécie ceci.
  15. rêveuse nocturne

    rêveuse nocturne Membre chevronné

    864
    498
    100
    notes pour plus tard <3 une leçon de vie