1. Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.

Rejoins la communauté de jeunes la plus active de France 

!! C'est gratuit et rapide clique-ici !!

Si tu veux aider, échanger, rencontrer de nouvelles personnes ou être aidé tu es le/la bienvenu(e) 

Tu auras accès à la totalité du site (chat, fonctionnalités, etc.)

L'écriture est ma bouée dans cet océan de ténèbres

Discussion dans 'Poésie, écriture, théâtre' créé par tears_of_death, 22 Janvier 2019.

Vous trouvez le texte...

  1. Parfait!

  2. Il faut encore améliorer les phrases et la forme...

  3. Pas assez de description, c'est trop rapide

  4. C'est bien écrit mais assez banal : il faut creuser plus et chercher de meilleures idées

  5. Complètement nul...

Les votes multiples sont autorisés.
Les résultats ne sont visibles qu'après le vote.
  1. tears_of_death

    tears_of_death Membre chevronné

    680
    532
    150

    Salut à tous, alors voilà, je voulais juste vos avis concernant un texte que j'ai écrit. En fait, j'écris un livre, et j'aimerais savoir si ma syntaxe est bonne ou si mon livre est à jeter à la poubelle^^ Donc, on peut dire que ce texte est un exemple de comment j'écris, donc merci à tous ceux qui liront…

    Je presse le pas, jetant des regards furtifs autour de moi mais gardant la tête baissée. Cela fait pourtant maintenant trois ans que je vis ici mais j'ai l'impression que j'aurai toujours peur des rues de Marseille et du danger que je perçois partout. Mon carton de course comprimé contre mon ventre, j'accélère au maximum tout en essayant de dissimuler ma peur. Une goutte de sueur dégouline le long de front et vient se perdre dans mon oeil. Je tente de la chasser en battant des paupières, mais finis, avec un soupir, par lever la main pour frotter. Ce moment de distraction suffit pourtant : je percute violemment quelque chose et toutes mes provisions s'étalent par terre. Les mains tendues vers le bas, encore figée dans mon mouvement pour rattraper mon carton, je lève les yeux timidement... et aperçois une magnifique jeune fille, d'environ mon âge, qui contemple les dégâts avec une moue d'excuse.
    - Pardon, murmure t-elle, contrite. Je ne... je suis très distraite ces temps-ci.
    Nous nous baissons toutes les deux et, au moment où nos mains se frôlent, je ressens une petite décharge électrique dans mes veines. Je prends alors le temps de la détailler pendant qu'elle s'affaire : ses cheveux bruns, longs et bouclés, descendent en cascade sur ses frêles épaules. Son nez fin est recouvert de tâches de rousseur. Sa bouche, en forme de coeur, dont les lèvres sont soigneusement enduites de gloss rouge, dessine une ligne sérieuse. Mais le plus extraordinaire reste ses yeux, de magnifiques prunelles marrons, mouchetées d'or, qui bougent dans tous les sens. Ses longs cils caressent sa peau mâte lorsqu'elle cligne des yeux, à une vitesse hallucinante.
    - Et vous ? s'exclame t-elle soudain, comme frappée d'une évidence, tout en relevant brusquement la tête. Je ne vous ai pas fait mal au moins ?
    J'étais tellement absorbée par ma contemplation que je mets quelque secondes à retrouver l'usage de la parole.
    - Non... non, pas du tout. Je vous l'ai dit, c'est entièrement ma faute.
    Elle esquisse finalement un sourire.
    - Je vais essayer de vous croire.
    Heureusement, je n'ai rien pris de fragile au magasin... Malgré le scandale, toute ma nourriture s'empile à nouveau dans le carton et l'inconnue m'aide à le soulever. Délicatement, elle me le tend et vérifie avec un attention charmante qu'il est bien calé dans mes bras.
    - Voilà, soupire t-elle en haussant les épaules. Nous avons réparé ma catastrophe.
    - Je n'arriverai donc jamais à vous convaincre que vous n'y êtes pour rien ?
    Elle me scrute quelques instants, paraît chercher une repartie puis semble prendre une décision radicalement différente.
    - Je m'appelle Coral, se présente t-elle, me surprenant par ce revirement. Je m'appelle Coral Endel.
    J'aimerais bien lui serrer la main, mais je dois me contenter de répondre avec un sourire qui, pour la première fois depuis quatre ans, n'est pas hypocrite, mais bel et bien sincère.
    - Tilly. Tilly Stewart.
    - Oh... s'écrie t-elle soudain. J'allais oublier! Il y a...
    Elle regarde autour d'elle, un peu paniquée, pui semble se souvenir de quelque chose et fouille dans la poche de son sweat-shirt à capuche rouge, pour finalement en retirer un billet de vingt euros. Ou plus précisément, le billet de vingt euros dont je me demandais où j'aller bien pouvoir le ranger lorsque je lui étais rentré dedans.
    - Je suis désolée, j'ai failli repartir avec. Vous l'avez fait tomber par terre.
    Je suis ébahie. Cette fille aurait parfaitement pu repartir avec mon argent. Et pourtant, là voilà qui me le tend, comme si c'était la chose la plus naturelle du monde.
    - Merci, je murmure.
    J'aimerais pouvoir la remercier lorsqu'elle m'en offre soudainement la possibilité.
    - Je recherche un appartement pour m'installer en ville. Vous sauriez me conseiller ?
    Je réfléchis quelques instants puis déclare avec un sourire malicieux :
    - Vous pourriez venir vous installer avec moi ? ... enfin, si vous voulez. Un peu de compagnie ne serait pas de refus, même si c'est un peu étriqué...
    Je n'ai pas le temps de terminer ma phrase que déjà, Coral s'écrie :
    - C'est vrai ? Merci, merci. Je ne saurai jamais comment vous remercier assez.
    Et sans me demander mon avis, elle m'arrache presque le carton et me tire par le bras en sautillant.
    - Quelle direction ? me questionne t-elle, enthousiaste comme un enfant devant le cadeau de Noël dont elle a toujours rêvé.
    Je lève discrètement les yeux au ciel, mais plus de bonheur que d'exaspération. Cette fille n'aura jamais fini de me surprendre.
     

  2. someone_lost

    someone_lost Membre actif

    314
    191
    80

    J'en trouve que tu écris très bien, de plus tes descriptions sont très agréables à lire.
    Bravo et continues ainsi ^^
     
    tears_of_death apprécie ceci.
  3. tears_of_death

    tears_of_death Membre chevronné

    680
    532
    150
    Merci beaucoup, ça me rassure, peut-être que je pourrai publier un livre plus tard^^
     
  4. someone_lost

    someone_lost Membre actif

    314
    191
    80
    Je te le souhaite !
    D'ailleurs j'aimerais beaucoup pouvoir lire la suite un jour ^^
     
    tears_of_death apprécie ceci.
  5. tears_of_death

    tears_of_death Membre chevronné

    680
    532
    150
    Je suis pas trop histoire d'amour mais dans mon livre en cours, il y a à peu près le même passage… seulement il arrive dans le tome 2 mdr. Mais sinon, oui, si je publie, peut-être^^
     
  6. Katniss Chase-Prior

    Katniss Chase-Prior Membre chevronné

    557
    140
    80
    J’ai beaucoup aimé. J’ai trouvé que c’est très bien formulé
     
    tears_of_death apprécie ceci.
  7. tears_of_death

    tears_of_death Membre chevronné

    680
    532
    150
    Merciiii^^
     
  8. Katniss Chase-Prior

    Katniss Chase-Prior Membre chevronné

    557
    140
    80
    Mais de rien :))))
     
  9. tears_of_death

    tears_of_death Membre chevronné

    680
    532
    150
    Un nouveau texte, pour ceux qui lisent cette discussion^^ J'ai d'ailleurs changé le titre (dsl :confused::confused:)

    Insoumise
    Je marchais dans la rue, tête baissée. Je marchais toujours tête baissée, m'abaissant par rapport aux autres, persuadée que j'étais une moins-que-rien. A chaque fois qu'on me regardait, comme toujours, je rivais mes yeux sur le sol, de peur de paraître insolente, impolie, mal éduquée. Après tout, qu'étais-je face à eux, les maîtres de la société ? Sur mon chemin, je ne croisais jamais que des avocats en costume, des huissiers avec leur cravate bien lissée, des riches propriétaires et des enfants hautains. Oui, hautains, sûr d'eux, pensant qu'ils valaient mieux que tous les autres. Ils avaient peut-être raison, je n'en savais rien. Je me repris, choquée. J'avais osé exprimer ma propre opinion, critiquer ceux qui pouvaient, d'un seul claquement de doigt, me faire disparaître à tout jamais. Même si ces pensées n'avaient pas franchi la barrière de mes lèvres, elles étaient bien là. C'était une grossière erreur de la part d'une pauvre orpheline, abandonnée par ses parents. Ils ne voulaient pas de moi, c'était tout ce que je savais. Pourquoi ? Sûrement parce que je n'étais justement pas "parfaite", comme les autres bébés. Je n'étais pas de ceux qui sourient dès leur naissance. Ils devaient donc me donner un avenir incertain, des problèmes en perspectives, des cris... Je ne serai pas docile, obéissante, travailleuse, comme les filles de mon école. Ils avaient raison d'ailleurs, j'étais devenue exactement ce genre de personne.
    Je continuai ma marche. J'étais connue, dans le quartier. Mon visage devait être déjà familier à tous ceux que je croisais. Le médecin, le collégien, même le vendeur dans sa boutique devait me regarder avec mépris. L'enfant de la rue passait devant eux, rien d'exceptionnel. C'était juste divertissant. Mais je n'en savais rien, puisque je ne levais jamais mes yeux, et je ne pouvais pas voir la pitié qui se lisait dans leurs prunelles, la pitié de contempler chaque jour le même squelette maigrichon et abattu marcher d'un pas lent sur le trottoir. La pitié qu'inspirait cette jeune femme qui semblait prête à accéder au moindre désir des autres. La pitié de ne rien pouvoir faire, ou plutôt de ne rien vouloir faire pour ne pas se ridiculiser devant les passants. Qui, de nos jours, pensait à quelqu'un comme moi ? Beaucoup de gens, mais ça non plus, je ne m'en rendais pas compte. Je tentai d'éliminer mes pensées négatives à l'égard de tous ceux qui m'avaient fait du mal, à l'égard de tous les enfants qui m'avaient rouée de coups, à l'égard de tous les professeurs qui m'avaient mal notée juste pour le plaisir... A tous ceux qui avaient souri lorsque je m'étais recroquevillée sous leurs poings. Si jamais ils l'apprenaient... Non, je ne devais pas, je n'avais pas le droit.
    Soudain, une main douce et chaleureuse se posa sur mon épaule. Instinctivement, je me raidis, de peur de décevoir mon interlocuteur. Je n'osai pas me retourner. Et pour la première fois de ma vie, j'entendis alors un mot, un seul mot, mais qu'on ne m'avait jamais adressé directement.
    - Bonjour.
    La voix était grave, c'était celle d'un homme adulte, d'une quarantaine d'annése. Ces intonations étaient si engageantes que je me surpris à pivoter machinalement sur moi-même. Je me retrouvai face à une personne immense, de celles qui m'avaient toujours terrifiée, même encore aujourd'hui. Je connaissais cette personne. C'était le boulanger, celui dont la boutique se trouvait juste en face de l'orphelinat. Par politesse, la peur se mélant à l'étonnement, je répondis timidement :
    - Bonjour. Vous cherchez quelque chose ?
    C'était la première phrase qui me venait, toujours. Ce n'était pas vraiment étonnant, puisqu'on m'interpellait toujours pour me demander un service.
    - Non, je pense que c'est toi qui as besoin de quelque chose. Malheureusement, au point où tu en es, personne ne peux te l'offrir, à part toi. Puise au fond te toi-même; recherche ta vraie personnalité. Pas celle d'un mouton qui se laisse tuer par les loups.
    J'eus un tel choc que je fus incapable de parler avant que l'homme ne fut loin de moi, très loin, englouti par la foule.
    Nous sommes tous égaux, nous méritons tous un avenir. Sur le trajet du retour, je réfléchis énormément aux paroles de cet inconnu, qui me parlait pour la première fois. Cependant, pas une seule fois je songeai à changer mon comportement. Je baissais toujours la tête, dans une position de soumission. Mais au fond de mon coeur, quelque chose avait changé. Tel un automate, je poussai les portes de ma "maison". La concierge, ce qui s'en approchait le plus en tous cas, me cria dessus, comme à chaque fois. Ma vie n'était qu'une succession de répétitions, une succession de déjà-vus.
    - 146, tu es encore en retard.
    J'étais le seul pensionnaire à posséder un numéro. Les autres avaient un nom, mais moi, j'étais juste un nombre. Une des nombreuses façons qu'ils employaient pour me soumettre, m'enlever toute volonté. J'avais depuis longtemps oublié comment je m'appelais réellement. Soudain, également pour la première fois de ma courte vie, je fus prise d'un violent sentiment d'injustice et de colère. Des sentiments très étranges, très inhabituels se réveillèrent en moi. Au lieu de continuer ma route, comme je l'aurai fait quelques jours auparavant, je me retournai lentement. Alertée, la femme ouvrit des yeux effrayés.
    - Je ne m'appelle pas 146. Vous n'êtes pas supérieure à moi. L'époque de mon enfance est révolue, l'époque où je regardais le sol lorsque je vous croisais. Vous pourrez leur dire, à tous, que je ne les méprise pas. Je n'éprouve que de la pitié pour eux, eux et leur plaisir perverse à faire souffrir les autres. Ils ne m'atteindront plus jamais, ni eux ni personne, parce que les flammes qui brûlent en moi sont celles de la vengeance.
    Ce fut d'un pas digne et fier, sans me presser, que je pris la direction de la sortie, celle que j'avais empruntée en sens inverse quelques minutes plus tôt. Mon attitude avait radicalement changé. Lorsque j'atteignis la rue, je fendis la foule avec aisance, sans gêne aucune, la tête haute. Tous me regardèrent avec étonnement, sans le cacher. Mais cela m'importait peu à présent, ils ne faisaient plus partie de ma vie.
    J'étais une Insoumise.
     
    Vialdya et Katniss Chase-Prior aiment ça.
  10. Katniss Chase-Prior

    Katniss Chase-Prior Membre chevronné

    557
    140
    80
    J’aime beaucoup. L’héroïne me fait un peu penser au personnage de Nomi dans un bouquin que j’ai beaucoup aimé qui s’appelle Grâce and Fury que je recommande d’ailleurs.
     
    tears_of_death apprécie ceci.
  11. tears_of_death

    tears_of_death Membre chevronné

    680
    532
    150
    Merciiiiiiiii^^
    Je connais pas mais ça s'appelle comment? Enfin le titre du livre^^
     
  12. Katniss Chase-Prior

    Katniss Chase-Prior Membre chevronné

    557
    140
    80
    Grâce and Fury. :)
     
    tears_of_death apprécie ceci.
  13. tears_of_death

    tears_of_death Membre chevronné

    680
    532
    150
    Ok je regarderai ce que c'est^^ merci beaucoup
     
  14. Katniss Chase-Prior

    Katniss Chase-Prior Membre chevronné

    557
    140
    80
    De rien :)
     
  15. rêveuse nocturne

    rêveuse nocturne Médiateur Médiateur

    1 149
    921
    150
    c'st vraiment sympa, ça se lis bien. J'ajouterai de bien prendre ton temps pour exposer la situation et que le lecteur ne se sente pas entrainé dans l'incompréhension
     
    tears_of_death apprécie ceci.