1. Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.

Rejoins la communauté de jeunes la plus active de France 

!! C'est gratuit et rapide clique-ici !!

Si tu veux aider, échanger, rencontrer de nouvelles personnes ou être aidé tu es le/la bienvenu(e) 

Tu auras accès à la totalité du site (chat, fonctionnalités, etc.)

Un tout petit texte, sur un tout petit écran

Discussion dans 'Poésie, écriture, théâtre' créé par Monica Whynote, 6 Décembre 2017, à 21:14.

Qu'en pensez-vous?

  1. Va te faire soigner.

    0 vote(s)
    0.0%
  2. Pourquoi pas...?

    0 vote(s)
    0.0%
  3. Pas mal...

    0 vote(s)
    0.0%
  4. J'ai bien aimé.

    2 vote(s)
    100.0%
  1. Monica Whynote

    Monica Whynote Membre actif

    190
    150
    80

    Je suis une fille. Un. Deux. Trois.

    J'ai 14 ans. Quatre. Cinq. Six.

    J'ai une sœur. Sept. Huit. Neuf.
    Non, deux. Dix. Onze. Douze.

    Je suis à l'hôpital. Treize. Quatorze. Quinze.

    Mais ce n'est pas si grave. Seize. Dix-huit. Dix-neuf.
    Je ne vais pas mourir. Vingt. Vingt. Vingt et un.
    Normalement.

    Vingt et un. Vingt deux. Vingt quatre.
    J'inspire.
    Merde. Merde. Merde.

    J'ai mal. Vingt? Vingt sept. Vingt huit.

    Elle me parle. Vingt et quelque. Trente. Trente et un.

    Personne ne te parle, pauvre folle!

    Quarante.
    Cent.
    Mille? Je chasse tout l'air de mes poumons.

    Mille. Mille un. Mille deux.
    La gorge, qui s'embrase.

    Mille trois. Mille quatre. Mille-pattes. Les marteaux, qui frappent mon crâne.

    Mille huit. Merde. Hug.

    Puis il vient. Le moment fatidique. Ça surprend la première fois. C'est un répit. Un répit. On s'allège. La douleur est supportable. On se dit que c'est bien. Que c'est fini.

    Mais non. Le pire suit. C'est ça, le coup de grâce. Tes poumons te laissent t'en remettre, pour mieux te terminer. Tu reprends ton souffle. Puis d'un coup, tout, tout, toute la douleur arrive. Elle écrase tes petits poumons, tout frêles. Tu te souviens que c'est leur faute. Tu les maudis. On dirait qu'ils t'entendent. La douleur afflue dans mes poumons, telle une vague. L'écume d'abord. Tu te dis que c'est un peu nul, quand même.
    Bêtement. Et le courant, salé, le vrai. La brûlure, celle qui t'achève. Mais avant de t'achever, elle te garde. Juste un p'tit moment. Juste pour te montrer à quel point elle peut te détruire. Juste... Comme ça. C'est aiguë, c'est violent. C'est toute la douleur accumulée en une fraction de seconde. C'est un avertissement, aussi. Un peu d'enfer et de paradis.
    C'est un peu de mort, sans doute.
     
    Dernière édition: 10 Décembre 2017, à 18:25

  2. Skye

    Skye Nouveau membre

    4
    3
    40

    Bonjour, bonsoir,

    Si je peux me permettre une touche d'humour, j'ai eu très envie de cocher "Va te faire soigner." histoire de rester dans le thème médical...
    Puis j'ai eu un élan de lucidité et je me suis rendu compte que... ben... en fait, c'était pas drôle.

    Je suis forcé d'avouer que j'affectionne particulièrement les textes courts et frappants (oui, ça veut dire que je place celui-ci dans cette catégorie).
    C'est toujours intriguant parce qu'à la fois, on se dit que ça pourrait être écrit par n'importe qui (c'est juste statistique, moins il y a de mots, plus c'est facile de les mettre dans le bon ordre) et en fait... non.
    Ce sont souvent ces petits textes écrits sous le coup d'une émotion violente qui reflètent le plus les parties singulières de notre personnalité. Et j'avoue que cette partie singulière-là a réussi à attirer mon attention.

    Je me dois de poser la question :
    Est-ce du vécu ? Personnel, par procuration ? Simplement un coup de l'imagination ?
    Bien sûr, rien ne t'oblige à répondre... mais, si l'envie t'en vient, n'hésite pas.

    Ah, oui, il faut aussi donner un avis sur le texte, c'est ça ?
    Il est bon. Je veux dire, pas à manger... (Mon Dieu, c'était déprimant ça).
    C'est exactement ce qu'on veut voir dans un texte court.
    De mon point de vue, la mise en page sous forme de pavé est fautive, tu gagnerais en efficacité en séparant clairement les phrases, pour renforcer l'idée de saccade qui est essentielle dans ce texte...
    Un exemple ?

    "Je suis une fille.

    Un. Deux. Trois.
    J'ai quatorze ans.

    Quatre. Cinq. Six.
    J'ai une soeur.

    Sept. Huit. Neuf.
    Non,
    deux.

    Dix. Onze. Douze.

    Je suis à l'hôpital.

    Treize. Quatorze. Quinze.
    Mais ce n'est pas si grave.

    Seize. Dix-huit. Dix-neuf.

    Je ne vais pas mourir.

    Vingt.

    Vingt. Vingt-et-un.

    Normalement.

    Vingt-et-un. Vingt-deux.
    Vingt-quatre.
    J'inspire.

    Merde.
    Merde. Merde. J'ai mal."

    Désolé, je me suis emporté, j'ai failli faire tout le texte. Mais je m'arrête là, c'est à toi qu'il appartient de continuer si ça t'intéresse.

    J'ai conscience que comme ça, il prend beaucoup plus de place, mais on n'essaie pas de réduire les impressions (celles avec une imprimante en fait, je viens de me rendre compte du double-sens) et c'est ce qui est bien avec un forum internet : il n'y a pas vraiment de limite de place...

    Rythmer le texte et dilater le temps c'est souvent très fort, ça te permet d'insister sur ton message. De mettre en évidence, par exemple, les fautes de la narratrice, qui sont dues à sa souffrance donc de mettre en évidence sa souffrance.
    Tu peux aussi jouer sur la ponctuation pour avoir cet effet. Des points au début qui se transforment en points de suspension montrant qu'elle a du mal à parler (même si c'est dans son esprit, je veux dire, elle peut avoir du mal à penser à cause de la douleur).

    Pour le moment, en ayant lu seulement celui-là et en ayant 'feuilleté' Les fictions de Mishiko, je ne sais pas trop quels autres conseils t'apporter.
    Tu m'as l'air d'avoir l'imagination suffisante et un niveau qui vaut le coup d'être travaillé. Et ça veut bien dire que même s'il reste de l'entraînement nécessaire, tu pourras en faire quelque chose de vraiment bien avec les années.

    Après, je tiens quand même à te dire qu'il faut prendre mon avis pour ce qu'il est : j'écris beaucoup, depuis longtemps (un peu moins ces temps-ci d'ailleurs), mais je n'ai jamais publié quoi que ce soit donc je suis loin d'avoir des conseils de professionnel (si tant est qu'on puisse être un professionnel de l'écriture...).

    Je tiens surtout à t'encourager parce que c'est à force de pratique qu'on finit par mettre au monde des textes dont nous sommes particulièrement fiers.
     
    Dernière édition: 10 Décembre 2017, à 12:47
    Monica Whynote apprécie ceci.
  3. Monica Whynote

    Monica Whynote Membre actif

    190
    150
    80
    Comme tu l'as peut-être remarqué, je ne suis en effet pas très douée en mise en page. Mais je fais pas mal de théâtre, et ce que tu m'as proposé me rappelle un texte que j'ai particulièrement aimé. J'ai donc remis mon texte, arrangé comme je le trouvai le mieux, en espaçant les pauses et en laissant que quand elle enchaîne, quand elle ne pense plus, quand ça part tout seul.
     
    Dernière édition: 10 Décembre 2017, à 19:03